Category Archives: Technologie

  • 0
Comment gérer les réseaux sociaux de son enfant?

Espionner ou surveiller les réseaux sociaux de son enfant?

C’est mieux d’avoir 100 personnes qui vous aiment énormément plutôt qu’un million de personnes qui vous aiment un peu de loin.

(Brian Chesky)

Tiens, une petite anecdote pour débuter ce billet.  Il y a quelques années, une amie de mon fils lui a fait parvenir, via sa messagerie privée Facebook, une lettre qui méritait que je m’y attarde sérieusement.  Sachant que celui-ci était chez son père et qu’il ne verrait pas le message, j’ai communiqué avec la mère de la jeune fille et ai supprimé le message.  Pourquoi l’ai-je fait?  Je ne pouvais laisser mon fils agir.  Ce message devait être pris au sérieux et traité rapidement.  Il n’avait pas l’âge de gérer un tel message.  Ne vous inquiétez pas! Je lui ai fais part du message quelques jours plus tard.

Les ados utilisent fréquemment les réseaux sociaux pour se divertir et partager leur journée ou « story« .  Que ce soit sur « Facebook« , « Snapchat » ou « Instagram« , c’est incroyable de voir, lire ou entendre ce qui est publié.  Moi qui frise naturelle, j’en défrise en temps de le dire tellement j’en suis perturbé ou bouché bée.

Personnellement, je connais presque toutes les adresses courriels, identifiants ou mots de passe qu’utilisent mes enfants sur les réseaux sociaux.  Si non, juste à leur demander et ils me fournissent les réponses.  Donc, est-ce que ça veut dire que je passe mon temps à fouiller ou espionner les activités de mes enfants?  NON!  Au début de leur inscription sur Facebook, j’ai fait quelques suivis avec eux, question de m’assurer que tout allait bien.  Est-ce qu’ils acceptaient des amis(es) qu’ils connaissaient réellement?  Ma fille a déjà accepté des inconnus(es) sur un site de jeu. Je peux vous dire qu’ils ont disparus(es) assez vite.  Combien de temps passaient-ils sur Facebook?  Etc.  Aujourd’hui, je ne vais plus vraiment sur leurs réseaux, sauf s’ils me demandent d’y aller pour eux.   Cependant, je continue à faire des suivis et vérifications.

Espionner ou surveiller les réseaux, quelle est la différence?

Le parent qui espionne passe beaucoup de temps à naviguer sur les réseaux sociaux. Pourquoi?  Pour savoir si son enfant lui a menti, connaître ses nombreux amis(es), où est-il?  Que fait-il?  En fait, nous pourrions dire que c’est un parent qui manque de confiance envers son enfant, vous ne pensez pas?  Tandis que le parent qui surveille, voit à ce que son enfant navigue avec vigilance et prudence.  S’assure que son enfant soit en mesure d’utiliser ses réseaux pour de bonnes raisons.  C’est un parent qui fait confiance aux choix de son enfant.  Un parent qui surveille discute des publications de son enfant, surtout si celles-ci dérangent ou font preuve de manque de respect.  Oui, j’ai déjà demandé à mon fils de faire attention à ses fautes d’orthographes lors de publications.  Parfois, j’en saigne des yeux!

Effectivement, les enfants ont le droit d’avoir une vie privée, de partager des photos ou moments avec leurs quelques milliers d’amis(es) (les connaissez-vous tous?) et de développer leur propre identité.  Cependant, vous n’appréciez sûrement de voir votre ado en état de boisson avancé sur une vidéo ou de lire des commentaires désagréables ou intimidants sur le Facebook de votre enfant ou de voir des images assez provocantes.  Bref, un parent averti en vaut deux.

Espionner ou surveiller; telle est la question?


  • 0
Mon enfant veut absolument un cellulaire...

Mon enfant veut un cellulaire!

Portable éteint, esprit serein!  Vouloir paraître indispensable aux yeux des autres en laissant la sonnerie incessant interrompre repas en famille, discussions amicales, cinéma ou resto, qu’elle détestable habitude!

(La Page des Plaisirs Partagés)

Portable, tablette, ordinateur, cellulaire, etc.  Quel enfant n’en voudrait pas. Regardez autour de vous.  Est-ce que vous voyez des enfants sans un cellulaire en main?  C’est rare.  Mon fils a reçu en cadeau le sien à l’âge de 12 ans (sec.1) et ma fille à 11 ans (6 ième).  J’avoue que lorsque mon fils s’est vu offrir un cellulaire en cadeau, j’étais très réticente.  Je ne voulais en aucun cas en être la responsable puisque ce n’était pas ma décision.  J’imaginais mon fils addictif de son appareil. Finalement, il m’a prouvé qu’il pouvait être responsable et indépendant de cette technologie.

Votre enfant veut un cellulaire?   Acquiescez-vous à cette demande?  Est-ce d’ordre utile ou de consommation? Selon un sondage en ligne mené sur About.com, les parents répondaient à la question à quel âge les enfants devraient avoir leur premier cellulaire.  Plus de 3700 parents ont répondu:

  • 6 à 7 ans – 3 p. 100
  • 8 à 9 ans – 5 p. 100
  • 10 à 11 ans – 35 p. 100
  • 12 à 13 ans – 22 p. 100
  • 14 à 16 ans – 16 p. 100
  • 17 à 19 ans – 6 p. 100
  • Quand ils peuvent le payer eux-mêmes – 4 p. 100
  • Quand ils commencent à conduire – 3 p. 100
  • Les préadolescents et les adolescents ne devraient pas avoir de téléphone cellulaire – 1 p. 100

Pour Deborah Mulligan, M.D., présidente sortante de l’Académie Américaine de Pédiatrie pour la région de la Floride, « Donner un téléphone cellulaire à votre ado, c’est une option de choix qui doit venir avec des responsabilités. »

Je veux un cellulaire:

Utilités pour les enfants:

  • Facilité à rejoindre les parents;
  • Garde le contact avec les amis(es);
  • Navigue sur le Web;
  • Envoie des textos;
  • Fais des appels;
  • Regarde des vidéos sur You Tube;
  • Télécharge de la musique via une application;
  • Utile en cas d’urgences.

Commentaires:  Charles, 14 ans:  « Premièrement, on est au secondaire, c’est pas comme au primaire.  On veut texter avec nos amis(es).  Si on a un problème, on appelle nos parents.  Si tu prends l’autobus de ville et que tu as besoin d’aide. »

Mélyna, 11 ans:  « Texter, appeler et pis pour être avec mes amies (Facetime). »

Utilités pour les parents:

  • Facilité à rejoindre l’enfant;
  • Voir avec qui l’enfant a des contacts;
  • Sécuritaire, en prévision de…

Pour la plupart des adultes interrogés, l’entrée au secondaire serait le bon moment pour l’achat d’un cellulaire.  La raison première qui en ressort est l’aspect sécuritaire.

Les règles à suivre:

  • L’étiquette de la bonne utilisation du téléphone cellulaire
  • La manière de se protéger contre l’exploitation, l’intimidation et l’invasion de leur vie privée
  • La façon d’éviter les appels et les messages incontrôlés pouvant mener à des factures de téléphone déraisonnables.

Les compagnies de cellulaires au Québec:

Vous avez le choix entre un forfait ou à la carte.  Tout dépendra du choix de votre mobile.  Visitez un point de vente regroupant toutes les compagnies de mobiles, telles que WalMart afin de faire le meilleur choix.  Les représentants peuvent vous guider sur le choix de compagnie et le mode de fonctionnement.

Enfin, la décision finale vous appartient.  C’est à vous de recourir à la « bonne vieille autorité parentale pour dire non. », selon la Dre Mulligan.

ASHTAG CELLULAIRE!


  • 0
Navigue sur les vagues de l'internet...

L’internet et la famille

La chose importante est la diversité disponible sur le Web.

(Tim Berners-Lee)

Depuis quelques années, le phénomène de l’internet prend de l’ampleur dans nos vies. Peu importe ce qu’on a besoin, cherche ou veut; on navigue sur le Web.  C’est pratico-pratique.  Recettes, sorties, locations, restaurants, achats, etc. tout y est; l’idée est de nous faciliter la vie.  À l’exception de quand nous devons naviguer sur mille et un sites pour trouver ce que l’on veut ou que le moteur de recherches ne donne pas le résultat escompté  et qu’on perd un temps fou pour obtenir le lien.

Pour ma part, je déteste devoir parcourir plusieurs URL, perdre du temps ou même effectuer des achats sur l’internet.  Je suis devenue assez méfiante depuis le vol d’identité dont j’ai été victime l’an dernier.  Comment pouvoir détecter qu’un site est sécuritaire ou fiable???  Ou que mes enfants peuvent y aller sans problème???

Quand j’ai créé et fondé le site internet Soutien parental.com, je voulais que les personnes trouvent en un seul clic leurs recherches concernant la famille.  J’ai eu la chance d’avoir l’aide et le soutien d’un spécialiste en matière de Web, M. Bernard Prince.  Il a d’ailleurs publié sur le site:  « Les enfants et le Web, 5 trucs à connaitre. » (publié le 23 novembre 2015).  Pour ma part, j’ai posé une série de questions à des mamans pour mieux connaitre leur vision envers l’utilisation du Web.

L’internet et la famille:

  • En quoi l’internet, vous aide dans vos vies (famille, couple, professionnel, etc.)?

Fannie:  « Le Web m’aide au quotidien, autant du côté personnel que professionnel. Grâce au Web, je peux trouver la plupart du temps la réponse à mes questions. Lorsque j’ai des interrogations au sujet de mes enfants (petits bobos ou interventions comportementales, etc.), je vais chercher de l’information pour me rassurer ou me donner des idées.  Au niveau professionnel, il me permet d’échanger avec d’autres personnes, de valider certaines principes et par le fait même, compléter mes interventions auprès des enfants. »

Linda:  « Le Web nous sert à faire du pré-magasinage.  Économie d’essence et de temps.  Je paie aussi presque tout par internet.  Le Web sert à faire des travaux d’école, des recherches sur des maladies, des recettes, écouter des films, etc.  Il fait partie de notre vie courante.

  • Consacrez-vous plusieurs heures pour des recherches ou pour le loisir?

Fannie:  « Je consulte le Web tous les jours autant pour le plaisir que pour aller chercher de l’information.  J’aime beaucoup voir ce qui se passe sur les réseaux sociaux. »

Linda:  « Je ne suis pas quelqu’un qui aime parler au téléphone.  Alors, les « blogues » photos ou réseaux sociaux comme Facebook sont très utiles pour moi afin de prendre des nouvelles de la famille et amis(es).  De plus, le Web est un outil pour le pré-magasinage et recherches.  »

  • L’utilisation de l’internet, est-ce un sujet de discorde dans votre couple?

Fannie:  « En tant que couple, nous avons eu plusieurs discussions à ce propos. Effectivement, le Web peut couper les interactions dans le couple et aussi avec la famille.  Quand on remarque que l’un ou l’autre passe trop de temps sur son iPad ou iPhone, on s’en parle.  On est tellement occupé à regarder notre tablette qu’on peut « oublier » ce qui se passe autour par moment. »

Linda:  « Dans la vie, il faut un équilibre dans tout.  On peut utiliser le Web à bon escient, mais il ne faut pas tomber dans la dépendance. »

  • Trouvez-vous que vos conjoints et/ou enfants passent trop de temps à naviguer?

Fannie:  « Il se sert souvent de son iPhone, soit pour son travail, pour texter ou pour regarder des vidéos.  Par contre, il est capable de le fermer pour passer du temps de qualité en famille. »

Linda:  « Pour les jeunes ados, les réseaux sociaux font partie de leur quotidien. Peut-être même trop.  Quand c’est rendu que tu regardes toujours ton cellulaire en même temps que tu magasines; c’est trop selon moi!  Ok pour répondre à un appel. »

  • Faites-vous confiance aux sites Web?

Fannie:  « Je ne peux pas dire que je fais complètement confiance au Web.  Lorsque je vais chercher de l’information, je m’assure avant que ce soit un site avec de bonnes références. »

Linda:  « Je paie mes factures sur le Web.  Je n’aime pas recevoir des tonnes de vidéos ou autres.  Encore moins des invitations à des jeux. »

  • Achetez-vous souvent via le Web?

Fannie:  « Je le fais depuis peu de temps.  J’ai commencé à faire des achats grâce à mon conjoint.  Avant, je peux dire que j’étais plutôt craintive de donner mon numéro de carte de crédit comme ça.  On dirait qu’une fois que je l’ai fais et que j’ai vu que ça c’était bien passé, ça m’a donné confiance à continuer.  De plus, les achats en ligne sont souvent plus avantageux. »

Linda:  « Plus pour faire du pré-magasinage. »

  • Est-ce que vous surveillez les activités de vos enfants sur le Web?

Fannie:  « Mes enfants (6 et 3 ans) n’utilisent pas le Web pour l’instant.  Ils ne s’en tiennent qu’à la tablette pour faire quelques jeux que j’ai préalablement sélectionnés pour eux.  Et pour être honnête, je laisse de moins en moins accès à la tablette, car ça cause beaucoup de conflits entre eux.  Je préfère qu’ils aillent jouer dehors ou qu’ils se trouvent un jeu à faire dans la maison. »

Linda:  « Avec les ados, c’est d’une importance de leur montrer l’utilisation du départ. Attention aux photos, aux propos tenus, etc.  J’ai toujours fait confiance en la décision de mes enfants (27 et 13 ans). »

  • Vos enfants ont-ils un nombre d’heure(s) pour naviguer?

Fannie:  « J’accorde environ 30 minutes à une fréquence d’une à deux fois dans la semaine. »

Linda:  « Pas vraiment. »

  • Permettez-vous des inscriptions sur des sites?

Fannie:  « Oui.  Par contre, je vérifie toujours si c’est un site crédible avant de faire quelconque inscription sur le Web. »

Linda:  « Je fais confiance.  Par contre, il faut faire attention aux photos, aux propos émis, etc. »

Fannie:  « Pour l’instant, je n’ai pas installé de contrôle parental étant donné que les enfants sont encore petits.  Par contre, lorsqu’ils auront à prendre la tablette sous supervision, je vais l’installer; c’est certain. »

Linda:  « On ne prend pas toujours le temps de regarder ce que nos ados font avec leurs réseaux sociaux.  Cependant, une discussion sur l’utilisation dès le départ est d’une grande importance. »

Bref, naviguer sur le Web demande de la supervision parentale, de la patience et une certaine témérité; à moins que le site recherché soit facilement repérable. Naturellement, le Web nous aide à chercher plus rapidement et nous permet de passer plus de temps avec notre famille; il ne faut pas en abuser!

Naviguez sur la vague de l’internet!

 

 


  • 1
Les enfants et le web

Les enfants et le web, 5 trucs à connaître

Pour moi, c’est le terme « d’ordinateur-crayon » qui décrit le mieux comment, à l’avenir, les enfants devraient pouvoir se servir de l’ordinateur.

(Seymour Papert)

 

En tant que parent, il est important de montrer à vos enfants comment utiliser le Web à bon escient.  Monsieur Bernard Prince, stratège Web et expert en référencement, vous décrit à travers ce billet les meilleurs trucs pour y parvenir. 

Laisseriez-vous un enfant de 6 ans seul pendant une heure au milieu d’une ville qu’il ne connaît pas?  La réponse est évidente!  À l’autre extrême, vous ne le garderez pas enfermé dans la voiture de peur que la moindre petite chose arrive.  Les enfants doivent apprendre en essayant (connaître la signification des lumières, regarder des 2 côtés, etc.) tout en étant guidés par de sages conseils.

Selon moi, il faut voir le Web de la même façon.  On y trouve du meilleur et du pire. Comme pour circuler en ville, il y a certaines règles à connaître et un apprentissage constant pour savoir bien s’y retrouver sans tomber dans de sombres recoins. Cependant, il n’y a pas de règles claires et établies sur internet comme il y en a sur la route (et peu de patrouille pour les délinquants!).

Je vous propose donc 5 pistes pour vous y retrouver plus facilement à utiliser avec plus ou moins de fermeté selon l’âge vos enfants.  Ça ne les mettra à l’abri de tout, mais je crois que leur fournir les bons outils dès le départ deviendra un avantage pour tous dans le futur.

Garder l’ordinateur à la vue

C’est le conseil de base pour tout enfant de moins de 10 ans.  Dans l’extrême, la grande majorité des cas, c’est plus une question de hasard que de malice, mais il faut quand même pouvoir regarder du coin de l’oeil en tout temps. Personnellement, j’ai deux garçons en bas âge qui sont très curieux et capables de googler (oui, c’est un verbe) depuis l’âge de 6 ans.  Or, Google permet l’indexation de tous les sites, les meilleurs comme les pires.  Parfois, une recherche anodine peut afficher des résultats inattendus.  D’autre part, si votre enfant fréquente des sites de jeux gratuits, il y a fort à parier qu’il sera exposé à de nombreuses publicités durant qu’il joue.  Le bon côté est qu’il apprendra à ne pas se laisser influencer par ce qu’il voit et acheter tout ce qui passe, mais parfois les images ne conviennent pour les plus jeunes.  En pouvant y jeter un coup d’oeil rapidement, on peut corriger le tir tout en leur laissant une liberté d’action.

Si vous préférez les laisser explorer par eux-mêmes à 100%, il existe aussi des sites « nettoyés » de contenus à risque, comme les portails Web Junior ou Safe Search Kids (en anglais).   Si votre jeune est très sociable et veut avoir son propre Facebook, vous pouvez jeter un coup d’oeil du côté de Wilby, un réseau social pour enfants.  L’idée n’est pas de les rendre accroc plus rapidement, mais au contraire leur montrer le meilleur angle pour qu’ensuite les aspects négatifs paraissent moins intéressants.

Moteur de recherche adapté aux enfants

Participer avec eux

Autant les jeunes sont curieux, autant plusieurs aimeront partager leurs découvertes!  Prendre le temps avec eux pour voir ce qu’ils font, leur poser des questions et voir leur progrès les mettront en confiance.  Selon moi, ça devient un investissement à long terme.  Si vous avez une complicité avec eux avant et qu’ils savent que vous êtes disponibles, il n’hésiteront pas ensuite à vous demander un avis ou de l’aide en cas de doute. Même si vous n’avez pas toutes les réponses, vous pourrez les accompagner et les accompagner à ce qu’ils trouvent eux-mêmes la bonne réponse.

Il y a un temps pour jouer et un temps pour apprendre

jeu pour apprendre la programmation aux jeunes Un élément que je crois important de réaliser dès que l’on commence à naviguer en ligne, c’est que le Web offre beaucoup plus que des divertissement et des achats en ligne. Vous pouvez vous faire aider dans vos devoirs avec Allo Prof, apprendre le nom des étoiles et de galaxies avec Google Sky, ou encore apprendre une nouvelle langue. Les champs d’intérêt et les possibilités sont infinis.  Vous leur cherchez un prétexte pour aller dehors, pourquoi pas une journée de géocaching avec votre téléphone intelligent?

Pour ceux qui veulent aller plus loin, il y a aussi des sites pour apprendre les bases de la programmation ou même créer vos propres jeux que vous pourrez publier en ligne.  Mon garçon a publié son premier jeu à 8 ans, alors vous n’avez pas d’excuse!

Leur apprendre à connaître bien utiliser le web (et vous aussi!)

Connaissez toutes les astuces pour rechercher sur Google?  Parfois, il suffit de quelques petites astuces pour trouver rapidement ce qu’on cherche.  Si vous avez des sites de nouvelles que vous consultez souvent, vous pouvez les garder sur Feedly pour avoir toutes les nouveautés à portée de main.

L’autre élément dont il faut prendre conscience en ligne, c’est que rien ne restera toujours secret et que tout laisse une trace.  Durant la dernière campagne électorale, vous avez sans doute entendu parler de la candidate qui avait répondu à certaines questions de façon… originale!  Bref, tout ce que vous mettez en ligne peut ressortir dans le futur et être utilisé de différentes façons.  Pour vous en convaincre, je vous propose de regarder le documentaire interactif Do Not Track réalisé en partie par l’Office national du film.  Entre autres choses, vous verrez comment les données à votre sujet circulent rapidement.  Il ne faut pas voir le tout comme une menace, mais simplement en être conscient lorsque vous publiez informations et photos.

documentaire sur comment vous êtes suivis en ligne

Contrôler les accès

Lorsque les enfants deviennent plus grands ou qu’ils ont leur propre appareil, demeurer à l’affût devient de plus en plus difficile.  Bien qu’il faille leur laisser la liberté et les laisser apprendre de leurs erreurs, il faut parfois exercer un certain contrôle.  Par exemple, la plupart des routeurs permettent de bloquer l’accès à internet durant la nuit. D’autres systèmes, comme Netnanny, permettent un contrôle dynamique du contenu accessible.  Comment je l’ai mentionné plus haut, prendre conscience des risques est de loin le meilleur moyen de protection. Ne pas laisser la webcam branchée (ou la diriger vers un mur, lorsque non utilisée) demeure le meilleur moyen d’éviter le chantage avec des images compromettantes. Bref, identifier le danger demeure la meilleure protection.

Le Web reste un superbe outil et la prochaine génération trouvera des multiples façons de l’utiliser.  Plus vos enfants sauront bien maîtriser la toile, mieux ils seront en mesure d’en tirer le meilleur une fois adultes!

Le Web en toute sécurité!

 


Suivez-nous!