Category Archives: Santé et bien-être

  • 0
Un condom pour mon fils...

La fois où j’ai donné un condom à mon fils!

L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde.

(Nelson Mandela)

Hein!  Sérieux!  Donner un condom à mon fils.  Vous avez bien lu.  J’ai donné un condom à mon fils.  J’entends déjà les mécontentements et les jugements.  « Ça pas d’allure, voyons! »  « Tu l’encourages! »  Un dicton dit: « Vaut mieux prévenir que guérir! »  Honnêtement, prenez-vous le temps de bien écouter vos ados.  Peut-être que vous devriez.

Vous pourriez apprendre qu’un(e) adolescent(e) de 16 ans a vécu une relation sexuelle sans protection.  Ou un « trip » à 4 à l’âge de 13 ans.  Ou fait parti(e) d’une orgie à 15 ans.  Donc, veuillez m’excuser, mais je n’ai vraiment pas envie d’être grand-mère ou que mon fils soit atteint d’une ITSS.

D’ailleurs, selon L’Enquête québécoise sur la santé de la population,2014-2015:  pour en savoir plus sur la santé des Québécois (Tome 2) publié sur le site de L’Institut de la Statistique Québec, nous pouvons remarquer une augmentation des ITSS (Chlamydia trachomatis ou chlamydiose et infection gonococcique ou gonorrhée) chez les jeunes de plus de 15 ans.

Voici quelques statistiques que vous pouvez lire dans cette même enquête:

  • Plus d’un jeune sur 3 a ou devra passer un test de dépistage d’ITSS.
  • 66,5% des jeunes de plus de 15 ans étaient ou sont actifs sexuellement.
  • 7,1% ont eu ou ont plus de 5 partenaires.
  • 28% n’utilisent jamais le condom lors de relations (vaginales ou anales).

Selon L’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2010-2011 (Tome 1):

  • 37% des jeunes de 14 ans et plus ont ou ont eu lors premiers relations sexuelles (vaginales, anales ou orales).

Enfin, selon L’Institut de la Statistique Québec:

  • En 2016, 1400 naissances sont répertoriées pour des jeunes filles âgées entre 15 – 19 ans (comprenant aussi les moins de 14 ans).

Donc, vous ne croyez pas que les chiffres donnent matière à réflexion?  Pour ma part, OUI.  C’est votre responsabilité parentale d’éduquer votre ado peu importe le sujet. J’aime mieux savoir mon fils protégé par un condom et prêt en cas d’éventualité plutôt que d’avoir recours à des services médicaux ou autres.

 Un condom ou rien!

N.B.:  Données imprécises, fournies à titre indicatif seulement.

 

 

 


  • 0
Aborder les sujets tabous...

Ados, parents et les sujets tabous

 « NUL NE PEUT SAVOIR AVEC CERTITUDE L’IMPACT QU’IL A SUR LA VIE D’AUTRUI. »

(Hannah Baker, 13 Reasons Why ou 13 Raisons)

Devenir parent, c’est assurer le bien-être et le développement de ses enfants.  Ça veut aussi dire avoir des discussions sur divers sujets.  Sujets qui parfois sont tabous pour vous et/ou la société.  Des sujets comme la sexualité, l’homosexualité, l’alcool, les drogues ou celui qu’on entend plus souvent parler depuis la diffusion de la série 13 Reasons Why (version française:  13 Raisons), le suicide.

Les sujets sont tabous lorsqu’ils, à mon avis, vont à l’encontre de nos valeurs, que vous n’êtes pas très à l’aise d’en discuter ou que les bons mots pour l’expliquer vous manquent.  Pourtant, c’est en faisant preuve de prévention qu’en tant que parent que vous pourrez agir.

Parlant d’un sujet tabou, pourquoi ne pas aborder celui présent dans la série 13 Reasons Why ou 13 Raisons présentée par Netfix?  Est-ce que vous connaissez? Oui?  Non?  Je vous fais donc un petit résumé.  Hannah Baker est une jeune adolescente.  Celle-ci met fin à ses jours suite à plusieurs événements.  Avant de passer à l’acte, Hannah enregistre 7 cassettes (côté A et B) relatant les 13 raisons, 13 personnes qui l’on poussé à commettre ce geste irréversible.

Mes enfants ont écouté la série et m’en ont fait part par la suite.  Au début, je ne voyais pas d’affolement parental.  Pour moi, c’était une série comme les autres. Puis, quelques temps plus tard, j’ai reçu un courriel d’avertissement provenant de l’école secondaire que fréquente mes enfants concernant la série.  En fait, pour plusieurs ados, cette série les atteint personnellement.  Donc, mes enfants et moi avons eu une nouvelle discussion.  Comment voyaient-ils cette série?  Se sentaient-ils interpellés par celle-ci?  Conclusion, pour mes enfants, c’est juste une série.

Tout récemment, ma fille, qui a adoré la série, s’est procuré le livre.  J’ai décidé de le lire.  À mon avis, ce livre est un bel ouverture vers la discussion.  Ça permet de mieux saisir l’importance et le regard qu’ont les adolescents(es) sur leur monde. Quand vous croyez qu’un « petit » événement est banal à vos yeux, ça ne l’est pas forcément pour l’autre personne, celle qui subit.

Comment aborder les sujets tabous:

Vos enfants abordent un ou plusieurs sujets et vous ne savez comment y répondre. Voici quelques pistes qui pourraient vous aider:

  • Soyez présent et attentif.  Laissez de côté vos occupations, pas de distractions et prenez le temps nécessaire avec vos enfants.  Ayez une attitude positive et une position d’écoute.
  • Ne laissez pas la conversation sans réponse.  Dites-leur que vous avez besoin d’un court temps pour faire des recherches ou mieux vous informer afin de bien répondre à leurs préoccupations, questionnements.
  • Inscrivez des sites Web ou numéros de téléphone pouvant être susceptibles d’aider vos enfants (exemples:  Tel Jeunes, SOS Suicide, Info Social, etc.).
  • Si un sujet vous dérange ou perturbe, RESTEZ CALME!  Vos enfants vous font confiance et se tournent vers vous.  Sortez de la pièce quelques minutes. RESPIREZ!  Demandez à votre conjoint(e) de se joindre à la conversation.  Avisez celui-ci ou celle-ci du sujet de la conversation.
  • Encouragez vos enfants à émettre leurs opinions, leurs peurs, leurs émotions. Respectez-les.  DRAMATISEZ et ne BANALISEZ PAS!  Utilisez l’humour pour alléger la conversation. Soyez clair et précis sans être aux détails près.

Brisons les tabous!

 

 

 

 

 


  • 0
Vivre sa vie...

5 raisons de vivre sa vie au maximum

Rêve pas, vis.  Pense pas, agis.  T’excuse pas, assume.  Hésite pas, fonce.  Rappelle-toi qu’hier est parti pour toujours,  Que demain ne reviendra peut-être jamais.  Seul aujourd’hui t’appartient, donc garde le sourire et profite de chaque instant de ta vie.

(artsdeszifs.com)

Ouf!  Je viens de constater la date de mon dernier billet.  Il remonte à loin.  En mars pour ainsi dire.  Normal!  Depuis quelques temps, je me suis impliquée dans beaucoup d’organisations tant personnel, familial que professionnel.  Ce qui fait que je manque énormément de temps.

Pourtant, ne suis-je pas entrain d’écrire un billet sur les raisons de vivre sa vie? Exactement!  Avec le temps, j’apprends à distinguer ce qui me passionne et ce qui m’irrite.  Peu importe notre âge, nous apprenons à chaque jour.  J’aime pouvoir écrire des billets qui me passionnent et apportent de l’information à tous les gens qui le liront.  Par contre, je veux écrire quand j’en ressens l’envie et non par obligation.

Entre la vie de famille, le ménage du printemps et la routine, je me suis découvert une toute nouvelle passion; la décoration.  J’adore bricoler et faire des créations à la Pinterest.  C’est agréable de voir tout ce que l’on peut faire pour une fraction du prix.

Bon, revenons à notre sujet.  J’ai pour philosophie:  « Vivre, Aimer, Rire et Rêver« . Afin d’en saisir toute son importance lors de grandes décisions, je l’ai en tatou.  Ça veut tout simplement dire que je veux vivre ma vie, l’aimer, la rire et la rêver.  Au moment de mon dernier souffle, je veux être fière de ce que j’aurai accompli, réalisé et vécu.  Aucun regret ou remords.  D’ailleurs, j’essaie de retirer de mon vocabulaire:  « Avoir su ou Si, j’avais ».

5 Raisons de vivre sa vie:

  • Saisir les opportunités:  C’est une façon d’apprendre et d’élargir vos horizons.
  • Défier ses limites:  Vivre des aventures que vous ne penseriez pas en mesure de réaliser.
  • Partager de merveilleux moments:  Que ce soit en famille ou avec des amis(es), vivre sa vie, c’est aussi de savoir profiter des petits moments de bonheur que la vie vous offre.  « Un petit moment de bonheur! »
  • Respirer la béatitude:  Vous n’en serez qu’heureux et ayez de la gratitude pour chaque moment que la vie vous offre.  Parfois, quand on se compare, on se console.
  • Recharger ses batteries:  Une très belle façon de faire le plein d’énergie.

Bref, soyez l’auteur de votre vie et soyez-en fier.  Il n’en tient qu’à vous de la vivre.

Vivez votre vie!


  • 0
Tes yeux de la peur...

La fois où j’ai vu la peur dans tes yeux

La meilleure façon d’aimer quelqu’un c’est de ne jamais oublier qu’on pourrait la perdre à tout moment.

(Pinterest)

J’ai croisé ton regard.  Je voulais être rassurante à travers les quelques mots que j’ai réussi à prononcer.  J’avais aussi peur que toi.  Ça duré quelques secondes, mais ça parut comme de longues minutes.  J’ai mis ma main sur ta tête pour te protéger. Puis, quand tout fut enfin fini, tu as laissé place à des larmes de peur et moi, à un gros soupir de soulagement.  Malgré tout ce qui venait de se passer, nous étions en vie.

Si tu savais ma princesse comment j’ai eu peur pour toi.  Peur qu’il t’arrives un malheur.  Pendant les quelques secondes tout ce que je voulais c’était que tu me regardes sans voir ma propre peur.  Je ne voulais pas que tu puisses voir ce que je voyais dans ma tête.

Qui dois-je remercier?  Le Ciel, mes anges qui veillent sur nous?  Bien que ma fille et moi sommes sous le choc, courbaturées et avons de nouvelles ecchymoses, nous allons bien.  Je ne peux pas en dire autant pour ma pauvre voiture, elle n’a pas survécu à cet accident.

Grosso modo, un Dodge Ram a percuté le derrière de ma Golf City.  Le jeune homme n’a jamais vu mon clignotant et ma tentative d’aller vers une entrée.  Pas eu le temps.  Ça fait « BOUM! » avant.

3 petits trucs en cas d’accident:

  1. Restez très calme pendant l’impact.
  2. Gérez la situation avec le plus de logique possible:  Des blessés?  Avez-vous besoin d’appeler les services d’urgences?  Assurez-vous de pouvoir répondre aux services d’urgences avec le plus de précision (nom de la rue, rapport d’accident, services urgents nécessaires, etc.).  N’oubliez pas qu’il peut arriver que vous ne soyez pas seul.  Gardez près de vous vos enfants.
  3. Faites appel à une personne pour venir vous chercher.

OUF!  Plus de peur de mal!


  • 0
La vie d'un itinérant...

Le visage de Gilles, itinérant à Trois-Rivières

Si vous savez tout sans savoir ce qu’est la misère de ceux qui souffrent, vous serez, avec toutes vos connaissances, des chefs désastreux pour demain.

(Abbé Pierre)

Ma famille et moi demeurons à Trois-Rivières depuis nombre d’années.  Ce n’est pas mon petit patelin, mais l’endroit où mes enfants fréquentent l’école et moi, mon travail.

Donc, samedi soir (21 janvier 2017), mon fiston décida d’aller souper avec ses amies au Centre-Ville.  Je décidai donc d’y aller avec ma fille.  Il y a un bon petit restaurant avec des prix très alléchants.  Pendant que nous attendions une table, je laissé vaguer mon regard.  Puis soudain, mon regard s’arrêta.  Ce que je vis m’attrista grandement.

Accompagné de son chien, un homme, un itinérant attendait patiemment que les passants lui donnent un peu d’argent ou nourriture.  Malheureusement, il y avait très peu de gens qui passaient.  Rares étaient les offrantes en cette soirée.  Une pensée me vint à l’esprit.  Je n’ai pas beaucoup de sous, mais au prix que sont les menus, je peux bien lui offrir un bon petit repas en quittant.  Finalement, il part avant même que j’ai eu le temps de m’asseoir.

Pendant le souper, je songe à tous les itinérants.  Où dorment-ils la nuit?  Que font-ils?  Pourquoi la famille ne fait rien?  Puis je repense à mon projet.  Depuis quelques semaines, somnole un projet, une idée.  Ramasser des vêtements extérieurs et aller les porter en main propre.  Une façon de s’assurer que les dons de vêtements soient pour les personnes en ayant vraiment le plus de besoin.  Zut!  J’en ai qui traînent par terre dans mon salon.  J’aurais dû les apporter!

Après le souper, tout en nous dirigeant vers la voiture ma fille et moi, j’aperçu un homme assez âgé.  Assis directement à même le sol devant une salle pour spectacles. Un couple lui remet un bon café tout chaud.  Zut et Zut!  Je savais que j’aurais dû apporter mes vêtements.  On est en hiver et il n’a rien pour se protéger du froid. Tout à coup, j’y pense!  J’en ai dans ma valise de voiture.  Auparavant, j’avais rempli un sac avec tuque, cache-cou, gants, etc., au cas où nous tomberions en panne avec ma voiture et qu’il faudrait se tenir au chaud.

Je ne perdîmes pas de temps.  Je fouille dans la valise de ma voiture.  « Pourquoi je n’ai pas de lumière dans ma valise, je n’y vois rien.  En plus, mon sac est noir. Enfin, le voici. »  Je sors les vêtements.  « Youppi!  J’ai deux doudous. Tuque, cache-cou, cache-oreilles, foulard, gants, imperméable; ça ce n’est pas nécessaire. »  Tout en faisant mes recherches ma fille me questionna: « Pourquoi tu sors ça? », « Qu’est-ce que tu veux en faire? »  Alors, je lui répondis tout bonnement:  « Est-ce que tu as bien mangé ce soir?  Oui?  Toi, tu dors où?  Est-ce qu’il fait chaud à la maison? »  Naturellement, elle comprenait le sens de mes questions puisque ce n’était pas la première fois que j’abordais le sujet.

J’ai démarré la voiture et nous nous sommes rendues devant la salle.  Clignotant en fonction.  J’ai sorti de ma voiture et me suis dirigée directement vers l’homme qui est en âge d’être bien au chaud dans une maison pour personnes âgées.  « Tenez Monsieur, une doudou pour vous asseoir dessus. »  Un regard et un merci beaucoup accompagne le geste.  « Tenez un cache-cou. »  Le monsieur laissa sa cigarette par terre le temps de bien s’emmitoufler sous mon regard désolé.  « Pis, un cache-oreilles.  Mettez donc la tuque par-dessus, comme ça, vous oreilles seront bien au chaud (Ah!  C’est moi qui lui mets.  On dirait un enfant.). Mettez le foulard aussi, faut pas que vous attrapiez la grippe.  Tenez, j’ai des gants aussi » (Oups!  Je pense qu’ils sont trop petits.  Fiou!  Réussi). L’homme me remercie et j’ai quitté le Centre-Ville avec ma marmaille pour ma maison.

Itinérant = grande pauvreté!

N.B.:  Plus tard, j’ai appris que l’itinérant s’appelait Gilles.


  • 0
La famille source d'énergie...

La famille bonne source d’énergie

La famille c’est une richesse incroyable, ça donne des outils pour pouvoir affronter les moments extraordinaires, les moments plus difficiles, les hauts, les bas. »

(Citations et Proverbes)

Tous les éléments étaient réunis pour notre sortie familiale.  Un beau soleil, une température automnale clémente, de belles citrouilles et beaucoup d’amour.  Plus tard dans la soirée, j’ai appelé ma mère et celle-ci m’a dit:  « Cette sortie m’a permise de recharger mes batteries.  Tu m’en parleras quand vous en ferez une autre. »

Au début de l’automne, le spectacle dû aux changements de saison nous époustoufle. Les feuilles nous offrent une variété de couleurs passant du jaune au rouge, la température refroidit (c’est le temps de s’emmitoufler) et l’air sent bon (surtout le linge étendu sur la corde).  Malheureusement, vers le milieu de l’automne, les effets se font sentir sur notre moral et énergie.  Nous sommes plus épuisés, on manque d’énergie, où est passée notre bonne humeur, etc.

Pour ma part, j’ai la chance d’avoir un travail qui me permet d’être autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.  C’est souvent par la luminothérapie que certaines personnes vont franchir cette saison.  Par contre, je ne dis pas non pour une sortie avec les membres de ma famille (père, mère, frère, tantes, oncles, cousins, etc.).  En plus, ça vous permet de revoir ceux-ci plus souvent.  Tout au long de l’année, chacun a ses propres obligations les fins de semaine, il faut donc provoquer des rencontres, au meilleur des agendas, afin de passer du bon temps avec les membres de notre famille; le résultat est des plus réjouissants

La famille est notre racine, source de notre vie et une énergie sans fin.  On peut y puiser sans peur notre ressourcement.  C’est par celle-ci qu’on peut franchir un moment moins facile, car la famille nous supporte.

Idées pour profiter en famille:

  • Aller dans un verger;
  • Cueillir des citrouilles;
  • Partager un repas au restaurant ou un pique-nique;
  • Planifier un voyage (courte ou longue distance);
  • Visiter un musée;
  • Organiser une fin de semaine familiale;
  • Louer un chalet;
  • Marcher dans un sentier, tel qu’au Moulin Seigneurial à Pointe-du-Lac;
  • Etc.

La vie est une suite de routines.  Celle-ci vous offre de merveilleux moments à partager en famille, allez-y!  Vous n’allez pas le regretter.

OHANA!


  • 0
Développer son estime de soi...

Estime de soi: 7 façons de l’améliorer

Ce que tu te dis à toi-même chaque jour peut te construire ou totalement te détruire.

(Top Citations Proverbes)

L’estime de soi se développe dès la naissance.  L’enfant qui vit des abus (physiques, sexuels, verbaux ou autres), manque de soutien, absence de liens parentaux, etc., ne développera pas son estime envers lui.  Tandis qu’un enfant dont les parents sont présents, l’encouragent, le soutiennent et le félicitent, celui-ci aura plus de chance de développer une forte estime de lui.

Peu importe votre situation amoureuse (célibataire, en couple, en famille, etc.), professionnelle (employé(e), employeur(e), etc.) ou autres, à chaque fois que vous devez poser un geste ou prendre la parole, un doute germe dans votre cerveau. Parfois, vous risquez et réussissez.  Parfois, vous échouez et vous perdez votre estime dans vos capacités.  C’est dans ces moments que votre estime en est grandement affectée et diminuée.

Nous avons tous peur du rejet, de l’échec ou de l’abandon c’est ce qui nous pousse à se retirer.  Combien de fois, en tant que célibataire, j’ai voulu faire les premiers pas. Et, non!  J’ai préféré laisser passer la personne par peur du rejet.  D’ailleurs, j’ai une amie qui me pousse dans ces moments en me faisant relever des défis.  Elle me connaît très ou plutôt trop bien.  Merci mon amie, Emma (nom fictif utilisé dans le billet: « L’amitié à travers la vie de famille. »).  En tant que parent, j’ai souvent remis en question mes interventions ou décisions.  Autant de situations qui nuisent à l’estime de soi.  Alors quoi faire pour l’améliorer?

7 façons d’améliorer l’estime de soi:

  • Primordial!  Cessez de vous comparer aux autres.  Chaque personne est unique.  Si vous tenez tant à vous comparer, faites-le avec vous-même.
  • Écrivez vos réalisations et soyez-en fière.  Même la plus banale réalisation à vos yeux peut être grandiose aux yeux des autres.
  • Relevez et défiez vos limites.  À chaque défi relevé, inscrivez-le dans vos réalisations.
  • Affirmez-vous.  Dites votre opinion de façon claire et précise.  Les gens apprendront à plus vous respecter.
  • N’ayez pas peur de l’échec.  J’aime bien dire:  « Au moins, j’aurai essayé et fais quelque chose plutôt que de parler sans savoir de quoi je parle. »   Combien de gens critiquent sans pour autant avoir eu le courage de faire comme vous? La vie est faite pour apprendre.  Dure leçon, mais combien instructive.
  • Parlez de vous de façon positive.  Regardez-vous dans le miroir et nommez une qualité jusqu’à ce qu’elle soit bien ancrée en vous.  Non, ne trouvez pas ça ridicule.  C’est un bon moyen.
  • Apprenez à vous connaître et respectez-vous.  Souvent, on devient une autre personne pour plaire aux autres.  Ce n’est pas la bonne décision; croyez-moi!  Restez vous-même.  Et n’allez pas à l’encontre de vos valeurs, décisions ou choix.  Tenez ferme à votre opinion.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’estime de soi comprend aussi la vision, la confiance, l’amour et l’acceptation que vous avez envers vous-même.  Elle se développe et se travaille tous les jours.  À partir de maintenant, soyez l’outil de votre estime. Cessez de vous détruire ainsi que votre entourage.  Soyez la personne à votre image.

Croyez en vous!

N.B.:  Ce texte à été écrit par Isabelle Lajoie pour En mode FAMILLE.


  • 0
Coeur ou tête, lequel dicte vos choix???

Lequel dicte vos choix: coeur ou tête?

Si tu aimes une personne, dis-le lui, car les coeurs sont souvent brisés par les mots qui ne sont pas dis.

(Les Beaux Proverbes)

Que ce soit pour la famille, amour, amitié ou travail, nous avons le choix d’écouter notre coeur ou notre tête.  Cependant, il existe une certaine rivalité entre les deux. Parfois, j’ai du mal à faire un choix.  Ma tête me raisonne, me force à réfléchir ou à trouver des solutions tandis que mon coeur me force à foncer, à relever les défis ou à renouer avec l’amour.

Comment reconnaître les signes qui prouvent que vous êtes plus tête ou coeur:

Tête:  Siège de la pensée, elle englobe l’aspect logique, rationnel et analytique qu’on retrouve dans l’hémisphère gauche du cerveau.  La tête signe de prise de décision, d’action, de concrétisation, de projets, de dynamisme et d’organisation.

  •  actif
  • tourné vers l’objet
  • logique
  • intellectuel
  • organisé
  • puissant
  • brave
  • a le sens du devoir
  • compétitif
  • expressif
  • déterminé
  • sûr de soi

Coeur:  Associé à l’essence de l’être, le coeur s’exprime par la sensibilité, l’impulsivité, l’intuition et la créativité.  Il loge notre âme, nos sentiments, nos émotions, nos désirs.

  • réceptif
  • tourné vers le sujet
  • impulsif
  • sensoriel
  • spontané
  • tendre
  • doux
  • a le sens du plaisir
  • coopératif
  • intuitif
  • ambivalent
  • vulnérable

Vous ne savez lequel dicte vos choix?  Voici une petite liste de questions qui pourraient vous aider à mieux vous situer.  Vous n’avez qu’à répondre, après chaque question:  jamais, rarement, parfois, souvent ou toujours.

  1. J’ai du mal à contrôler mes émotions.
  2. Je remets en question mes décisions.
  3. Je suis du genre à suivre ma première idée.
  4. L’approbation des autres m’importe peu.
  5. Je m’émeus facilement devant de belles choses.
  6. Je suis mal à l’aise lorsqu’on me demande comment je me sens.
  7. J’ai des envies «enfantines».
  8. Je me sens plus à l’aise lorsque je parle des autres plutôt que de moi.
  9. J’ai tendance à avoir des frissons dans le dos et la chair de poule.
  10. Je donne de bons conseils.
  11. J’accepte de montrer ma sensibilité.
  12. Lorsque je fais quelque chose, j’ai une bonne raison de le faire.

Les chiffres impairs représentent le coeur, tandis que pairs ceux de la tête.  Votre résultat est plus élevé pour les chiffres impairs?  Donc vous avez un coeur plus ouvert, préféré le laisser parler et l’écouter.  Au contraire, votre résultat est plus élevé aux chiffres pairs?  Donc, vous utilisez plus votre tête, votre raisonnement et vos observations.  Votre résultat est égal, c’est que vous êtes en mesure de maintenir l’équilibre entre les deux.

Enfin, peu importe lequel dicte vos choix, tant que vous en êtes conscient(e) et que votre décision vous serez en mesure de l’assumer à part entière.

Coeur ou tête, quel est votre choix?

 


  • 0
Où trouver un Spa familial???

Profiter d’un Spa santé en famille

« Aucune sommes d’argent et aucun succès ne vaut plus que le temps passé avec ta famille.

(Les Beaux Proverbes)

Mercredi 10 août, je profitais d’une journée spéciale avec des membres de ma famille. Un petit moment de pur bonheur et de beauté.  Accompagnée de ma belle filleule, ma tante et ma cousine, nous étions au Spa Natur’eau situé à Mandeville. Petite région près de Joliette.  J’aurais aimé que ma fille m’y accompagne. Malheureusement, elle n’avait pas l’âge requis.  J’ai répertorié une liste de Spas qui offrent la possibilité à la famille de profiter soit du Spa ou/et d’un massage.

Spa à faire en famille:

  • Spa Natur’eau (Journées familiales):  Tous les dimanches de 10 heures à 13 heures 30, allez profiter d’un moment de détente avec vos enfants (entre 7 et 15 ans). De plus, un menu pour enfant est offert au bistro.  N’oubliez pas de réserver.
  • Zen Beauté Spa Urbain (Auberge Gouverneur Shawinigan):  Choisissez entre ces trois forfaits.  Forfait, C’est ta fête! (pour enfant).  Votre enfant peut, pour son anniversaire, se faire dorloter avec un massage suédois à la gomme balloune (30 minutes) et obtenir un deuxième soin (30 minutes) à son choix (soin du visage, pédicure, manucure ou soin corporel à la gomme balloune).  Enfin, quoi de mieux qu’on bon sac rempli d’une variété de jujubes pour garder le sourire à votre enfant.  Vous voulez profiter du Forfait Parent-Enfant?  Vous recevez un massage suédois (60 minutes) pendant que votre enfant relaxe (30 minutes) tout en recevant son massage suédois. Un deuxième soin (30 minutes), au choix de votre enfant (soin du visage, pédicure ou manucure) sera offert.  De plus, un sac de jujubes viendra combler la journée de votre enfant.  Aussi, l’Auberge vous propose un repas midi pour parent – enfant.  Enfin, sélectionné le Forfait Fête d’enfants (4 enfants). Un choix de soins (massage suédois, soin du visage, pédicure, manucure ou soin corporel – 30 minutes), un gâteau de 6 morceaux (vanille ou chocolat) avec breuvage accompagné d’un cône rempli de jujubes de toutes sortes viendront remplir l’anniversaire de votre enfant.
  • Auberge du Lac Taureau:  30 – 60 minutes pendant lesquelles votre enfant se fait dorloter tout en recevant un massage détente.
  • Relaxarium (Hôtel le Georgeville):  Profiter des vendredis à 2 avec l’Aquatik Club.  De plus, si vous optez pour un massage (60 à 90 minutes) la séance Neuro Spa (30 minutes) est gratuite.  Vous pouvez choisir seulement l’accès à l’Aquatik Club (accès gratuit avec soins/services).
  • Kinipi Spa et Bains Nordiques:  Faîtes l’expérience des bassins à remous chauffés, bassins froids, massothérapie, sauna ou hammam pour se sentir revigorer.
  • Auberge Le Baluchon:  Votre enfant peut profiter d’un massage suédois (30 – 60 minutes), avoir accès au spa et découvrir un endroit enchanteur.
  • GEOS Spa Sacacomie (Hôtel Sacacomie):  Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, goûtez au plaisir de relaxer au grand air.  Découvrez

Enfin, il est préférable de vérifier l’âge pour l’admissibilité de votre enfant au Spa, aux soins offerts, les tarifs et la disponibilité de ceux-ci.  De plus, selon l’âge de votre enfant, il se peut que vous deviez l’accompagner (tandem) pour un soin ou pour l’accès au Spa.  Certains Centres de santé exigent un âge minimum pour l’accès au Spa et/ou soins.

Un moment de détente, ça fait du bien!


  • 0
L'alcool et l'adolescence...

Parler alcool avec son ado

Je bois pour rendre les autres plus intéressants.

(Ernest Hemingway)

Loin de moi l’idée de créer la controverse avec ce billet.  Cependant, il ne faut pas faire comme l’autruche et se mettre la tête dans le sable.  L’adolescence est une période de découvertes, d’expérimentations et d’explorations dont l’alcool fait partie.

Depuis quelques mois, mon fiston me demande de pouvoir goûter à l’alcool. Comme toutes bonnes mamans qui se respectent, ma réponse a été catégorique, NON!  Pourtant, plusieurs ados de son âge ont déjà consommé leur premier verre depuis fort longtemps.

Naturellement, ma réponse a des fondements sur lesquels se baser.  De près ou de loin de moi, j’ai vu et je vois encore des gens se détruire et démolir leur vie et celle de leur entourage dû à leur dépendance à l’alcool.  Ce qui m’irrite au plus haut point.

Par contre, il y a fort longtemps, vous comme moi, avons été des ados.  Combien d’entre vous avez consommé de l’alcool avant 18 ans?  Une très grande majorité, je suppose.  Un dicton dit:  « L’interdit attire! »  Donc, je me suis posé des questions sur ma façon d’agir face à mon fils.  Est-ce qu’en lui interdisant la consommation, au moment venu, serait-il capable de prendre les bonnes décisions? Aurais-je fait de lui un alcoolique en voulant trop l’éloigner des consommations?  S’il boit, de qui provient l’alcool?

Mon rôle de parent est d’informer et de soutenir mon fils dans ses questionnements et son développement.  Nous avons discuté de son intérêt à l’alcool, les conséquences et l’aspect loi.  J’ai opté sur la prévention.  Mon fils sait qu’il est préférable de boire avec modération et lenteur, qu’il n’est pas obligatoire d’avoir une consommation alcoolisée à chaque party, d’avoir de l’eau à portée de main ou plutôt de bouche, de cessez de boire s’il ressent des effets indésirables, de ne pas boire par obligation, qu’est-ce qu’un « coma éthylique« , de m’appeler, etc.  Et savez-vous quoi?  J’ai découvert que je pouvais faire confiance au jugement de mon fils de par ses dires et sa façon d’agir.  Il trouve dommage que beaucoup de ses amis(es) boivent de façon irresponsable ou sans borne et que souvent les partys perdent l’intérêt premier, le plaisir d’entre entres-eux.

Ceci étant écrit, ça ne veut pas dire que j’accepte à tout coup la consommation d’alcool.  En tant que parent, nous pouvons démontrer à nos enfants qu’on peut très bien s’amuser et avoir du plaisir sans alcool.

      L’alcool, vaut mieux prévenir!


Suivez-nous!