La force des mots...

Cherche et trouve: « Où sont mes Mots? »

Category : Relations

Chaque parent vient au monde en même temps que son premier enfant.

(Ernest Kramer)

Je ne trouve plus mes mots.  Pourtant, je devrais.  Je suis ta mère depuis ton tout premier signe de vie en mon ventre, il y a 16 ans.  Celle qui t’a porté pendant 37 semaines, veillé sur toi jour et nuit, nourri de son sein, bercé, cajolé, etc. Maintenant que tu es un adolescent, je cherche mes mots.  Ceux qui ne te blesseront pas.  Ceux que tu entendras et comprendras.  Ceux qui te feront grandir.  Enfin, ceux qui ne mettront pas une barrière entre nous.

Tu sais, je me vois en toi.  Tu es une partie de mon miroir.  Ton grand coeur, ta générosité, ton affection, mais aussi, ton arrogance, tes petits yeux hautains, ton « je-m’en-foutisme » de ce que tu dis.  Malgré tout, je perds mes mots.  Ceux qui régleront nos différends et feront en sorte de pouvoir discuter sans sentir l’épée de Damoclès au-dessus de ma tête ou d’avoir à mordiller mes joues et ma langue tellement que les mots qui y jailliraient je les regretterais par la suite.

J’aimerais tant trouver les mots qui seront te protéger des autres.  Des mots qui te feront comprendre combien je suis fière de toi et que tu es mon trésor, ma richesse, ma réussite, ma vie.  Je regarde l’avenir et savoir que bientôt tu quitteras la maison pour y vivre ta vie me fait peur et m’attriste.  Pourtant, je dois m’y résigner, car tu dois faire ta vie.  Tu m’as dit:  « Des parents, ça met au monde des enfants pour les préparer à être parents. »  Alors, je dois accomplir cette tâche pour faire de toi un bon parent.

Pour le moment, je cherche encore mes mots.  Ceux qui te consoleront de tes peines, qui apaiseront ta colère, qui te rendront ton sourire et ceux qui feront de toi un homme.  Un jour, tu comprendras que pour un parent comprendre son adolescent, ce n’est pas toujours facile.

Les mots possèdent un grand pouvoir!


Biscuits au beurre d'arachide...

Biscuits au beurre d’arachide crémeux léger

Category : Alimentation

La gourmandise commence quand on a plus faim.

(Alphonse Daudet)

« As-tu du beurre, du beurre, du beurre de peanut… » comme dit si bien la chanson. J’en ai toujours dans mon armoire.  D’ailleurs voici une merveilleuse recette de biscuits à base de beurre d’arachide.  Pour cette recette, il vous faut que trois, oui, oui, que trois ingrédients.  Beurre d’arachide (évidement!), sucre et oeuf.  Une recette éclair et rapide qui saura plaire à toute votre famille.  Pour ma part, j’ai un grand faible pour le beurre d’arachide avec les deux beaux petits nounours.  Ils sont trop adorables!

Biscuits au Beurre d’Arachide:

Rendement:  24 biscuits de 16 grammes chacun.

Temps de préparation:  10 minutes.

Temps de cuisson:  20 minutes.

Sans gluten.  Attention aux allergies arachides et oeuf.

Ingrédients:

  • 1 Tasse de Beurre d’arachide (j’utilise le crémeux léger)
  • 1/4 Tasse de sucre (vous pouvez aller jusqu’à 1/2 tasse)
  • 1 Oeuf

Préparation:

  • Préchauffer le four à 325 °F.
  • Mélanger tous les ingrédients avec une grande cuillère jusqu’à ce qu’ils soient homogènes.
  • Façonner la préparation en 24 boules; déposer celles-ci sur une plaque à pâtisserie, à 4 pouces d’intervalle.  Les aplatir avec une fourchette.
  • Faire cuire au four 20 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés (ne pas trop cuire).  Laisser refroidir 5 minutes sur la plaque à pâtisserie.  Mettre les biscuits sur une grille et les laisser refroidir complètement.
  • Vous pouvez mettre les biscuits au congélateur jusqu’à un mois.  Laissez dégeler à la température ambiante avant de servir.

Variante:

  • Ajouter des brisures de chocolat noir et/ou des noix hachés lors du mélange.  Dans ce cas, vous devriez surveiller les allergies aux noix et lactose.

Servez comme dessert avec de la crème glacée ou comme collation, ces biscuits feront frémir vos papilles gustatives surtout si vous êtes, comme moi, un(e) grand(e) amateur(trice) de beurre d’arachide.

Jamais sans mon beurre d’arachide!


La vie d'un itinérant...

Le visage de Gilles, itinérant à Trois-Rivières

Si vous savez tout sans savoir ce qu’est la misère de ceux qui souffrent, vous serez, avec toutes vos connaissances, des chefs désastreux pour demain.

(Abbé Pierre)

Ma famille et moi demeurons à Trois-Rivières depuis nombre d’années.  Ce n’est pas mon petit patelin, mais l’endroit où mes enfants fréquentent l’école et moi, mon travail.

Donc, samedi soir (21 janvier 2017), mon fiston décida d’aller souper avec ses amies au Centre-Ville.  Je décidai donc d’y aller avec ma fille.  Il y a un bon petit restaurant avec des prix très alléchants.  Pendant que nous attendions une table, je laissé vaguer mon regard.  Puis soudain, mon regard s’arrêta.  Ce que je vis m’attrista grandement.

Accompagné de son chien, un homme, un itinérant attendait patiemment que les passants lui donnent un peu d’argent ou nourriture.  Malheureusement, il y avait très peu de gens qui passaient.  Rares étaient les offrantes en cette soirée.  Une pensée me vint à l’esprit.  Je n’ai pas beaucoup de sous, mais au prix que sont les menus, je peux bien lui offrir un bon petit repas en quittant.  Finalement, il part avant même que j’ai eu le temps de m’asseoir.

Pendant le souper, je songe à tous les itinérants.  Où dorment-ils la nuit?  Que font-ils?  Pourquoi la famille ne fait rien?  Puis je repense à mon projet.  Depuis quelques semaines, somnole un projet, une idée.  Ramasser des vêtements extérieurs et aller les porter en main propre.  Une façon de s’assurer que les dons de vêtements soient pour les personnes en ayant vraiment le plus de besoin.  Zut!  J’en ai qui traînent par terre dans mon salon.  J’aurais dû les apporter!

Après le souper, tout en nous dirigeant vers la voiture ma fille et moi, j’aperçu un homme assez âgé.  Assis directement à même le sol devant une salle pour spectacles. Un couple lui remet un bon café tout chaud.  Zut et Zut!  Je savais que j’aurais dû apporter mes vêtements.  On est en hiver et il n’a rien pour se protéger du froid. Tout à coup, j’y pense!  J’en ai dans ma valise de voiture.  Auparavant, j’avais rempli un sac avec tuque, cache-cou, gants, etc., au cas où nous tomberions en panne avec ma voiture et qu’il faudrait se tenir au chaud.

Je ne perdîmes pas de temps.  Je fouille dans la valise de ma voiture.  « Pourquoi je n’ai pas de lumière dans ma valise, je n’y vois rien.  En plus, mon sac est noir. Enfin, le voici. »  Je sors les vêtements.  « Youppi!  J’ai deux doudous. Tuque, cache-cou, cache-oreilles, foulard, gants, imperméable; ça ce n’est pas nécessaire. »  Tout en faisant mes recherches ma fille me questionna: « Pourquoi tu sors ça? », « Qu’est-ce que tu veux en faire? »  Alors, je lui répondis tout bonnement:  « Est-ce que tu as bien mangé ce soir?  Oui?  Toi, tu dors où?  Est-ce qu’il fait chaud à la maison? »  Naturellement, elle comprenait le sens de mes questions puisque ce n’était pas la première fois que j’abordais le sujet.

J’ai démarré la voiture et nous nous sommes rendues devant la salle.  Clignotant en fonction.  J’ai sorti de ma voiture et me suis dirigée directement vers l’homme qui est en âge d’être bien au chaud dans une maison pour personnes âgées.  « Tenez Monsieur, une doudou pour vous asseoir dessus. »  Un regard et un merci beaucoup accompagne le geste.  « Tenez un cache-cou. »  Le monsieur laissa sa cigarette par terre le temps de bien s’emmitoufler sous mon regard désolé.  « Pis, un cache-oreilles.  Mettez donc la tuque par-dessus, comme ça, vous oreilles seront bien au chaud (Ah!  C’est moi qui lui mets.  On dirait un enfant.). Mettez le foulard aussi, faut pas que vous attrapiez la grippe.  Tenez, j’ai des gants aussi » (Oups!  Je pense qu’ils sont trop petits.  Fiou!  Réussi). L’homme me remercie et j’ai quitté le Centre-Ville avec ma marmaille pour ma maison.

Itinérant = grande pauvreté!

N.B.:  Plus tard, j’ai appris que l’itinérant s’appelait Gilles.


De bons muffins...

Muffins au chocolat blanc et framboises

Category : Alimentation

De toutes les passions, LA SEULE VRAIMENT RESPECTABLE me paraît être la GOURMANDISE.

(Guy de Maupassant)

J’aime cuisiner et préparer de bons petits repas ou collations maison pour mes amours.  Je suis souvent à la recherche de nouvelles recettes qui feront l’unanimité de ma petite famille.  Cependant, je préfère lorsque les recettes sont simples et faciles à réaliser.  Comme les muffins au chocolat blanc et framboises.  Facile, simple et délicieux!  Essayez-les!  Personne ne peut y résister; pas même vous!

Muffins chocolat blanc et framboises:

Rendement:  6 gros ou 10 petits muffins.

Temps de préparation:  5 minutes.

Temps de cuisson: 20 à 25 minutes.

Attention!  Allergies gluten et oeuf.  Sans noix, arachides ou lactose.

Ingrédients:

  • 1 tasse de farine tout usage
  • Une pincée de sel
  • 1 c. à thé de poudre à pâte
  • 1 banane bien mûre
  • 1/4 de tasse de cassonade
  • 1/4 de tasse d’huile végétale
  • 2 œufs
  • 1 c. à soupe de jus de citron
  • 1/2 tasse de framboises, fraîches ou congelées
  • 1/4 de tasse de pépites de chocolat blanc

Préparation:

  • Préchauffer le four à 350 °F puis mettre des caissettes à muffins en papier ou graisser votre moule.  Réserver.
  • Dans un bol, mélanger la farine, le sel et la poudre à pâte et cassonade. Réserver.
  • À l’aide d’une fourchette, écraser la banane.  Ajouter aux ingrédients secs avec l’huile, les oeufs et le jus de citron.  Mélanger jusqu’à homogénéité.
  • Ajouter les framboises et le chocolat.  Mélanger puis remplir les moules à muffins.
  • Mettre quelques framboises et chocolat blanc sur le dessus de vos muffins.
  • Enfourner le tout pendant 20 à 25 minutes.
  • Laisser refroidir complètement avant de déguster.

Variante:

  • Changer le chocolat blanc par du chocolat noir et les framboises par des fraises.

Avec cette recette de muffins, plus besoin d’utiliser plein de bols pour les mélanges. Vous n’aurez besoin qu’un seul bol.  N’attendez plus, vous ne pourrez plus vous en passer.

Des muffins irrésistiblement bons!


Le développement de nos enfant brimé par nos décisions...

Les impacts de nos décisions sur le développement des enfants

Category : Vie de famille

La meilleure façon d’accompagner son enfant n’est pas de le couver, ni de le laisser faire ce que bon lui semble, mais de cheminer à ses côtés avec vigilance.  Un enfant a besoin de limites, d’un cadre pour se sentir en sécurité, mais il n’a pas besoin que vous pensiez à sa place, ni que vous le laissiez livré à lui-même.  Il a besoin d’un guide qui l’accompagnera dans le respect et l’amour de qui il est.

(Christine Gonzalez Theracoach)

En tant que parents, nous prenons souvent les décisions pensant qu’elles auront de bons effets sur le développement de nos enfants.  Par exemple, c’est par choix que j’ai décidé de ne plus offrir de cadeaux à mes enfants à Noël, à leur fête d’anniversaire ou autres.  Pauvres enfants, vous pensez?  J’ai pris le temps de bien leur expliquer que je n’ai pas besoin d’une occasion spéciale pour les récompenser ou leur offrir des cadeaux.  Ils en reçoivent durant toute l’année.

Autre exemple, j’ai une seule télévision et qui n’est reliée à aucun câble.  Hein! Pauvres enfants, allez-vous dire?  Non, car mes enfants et moi avons des repas au cours desquels l’on peut discuter et passer du temps ensemble.  La télévision devient une source d’animation familiale lorsqu’on se fait un petit cinéma maison.

Pourtant, lorsque j’ai pris ces décisions, je ne voyais que les aspects positifs.  J’ai demandé à mes enfants ce qu’ils en pensaient et contrairement à ce que je pensais, ils trouvent que ce sont de très bonnes décisions.  De toute façon, nous avons d’autres solutions de rechange pour écouter des émissions.

À tous les jours, vous comme moi, prenons des décisions pour le bien-être et aider le bon développement de nos enfants.  Cependant, est-ce que certaines de nos décisions ont des effets négatifs sur les enfants?  Pour ma part, je pense que oui.

Voici une petite anecdote.  Des parents refusent que leurs enfants boivent des boissons gazeuses ou mangent des croustilles/chocolat.  Que croyez-vous qu’il arrive lorsqu’ils vont chez des amis(es)?  Ils se gavent dans l’interdit.  Est-ce mieux? D’autres parents choisissent de ne pas célébrer Noël, l’Halloween ou d’autres fêtes. Peu importe les raisons qui apportent à ces décisions, restent que ce sont les enfants qui doivent en subir les conséquences.

Alors, mon questionnement est, si en tant que parents, nous prenons les mauvaises décisions, celles qui briment ou nuisent au développement de nos enfants, quel sera leur avenir?  Aurons-nous réussi à bien les préparer ou seront-ils dépourvus de toutes notions pouvant les aider?  Être parents, c’est beaucoup de décision et de réflexion.

Le développement de nos enfants, une priorité!


La sexualité chez les ados...

Parler sexualité avec son ado

Category : Relations , Vie de famille

Les mauvaises relations changent beaucoup de bonnes personnes.

(Top Citations Proverbes)

La sexualité se développe depuis la naissance.  Au fil des ans, l’enfant y manifeste son identité sexuel et perçoit les différences entre les sexes.  À l’adolescence, arrive la puberté (poils apparaissant, voix qui mue, corps qui se développe, etc.), le besoin d’autonomie et d’y faire leurs propres expériences sexuelles.

La sexualité est souvent un sujet tabou.  Cependant, je crois qu’en tant que parent, vous comme moi, nous avons largement notre part de responsabilité dans le développement sexuel de nos ados.  Prenez-le temps de bien observer l’habillement, le langage, la façon d’être et d’agir de vos ados.  Tout est axé sur le corps et celui-ci est un outil.  Comment les ados peuvent avoir le respect des autres s’ils n’ont pas « DE RESPECT » envers leur propre corps?

Selon l’article,  « La 1ère relation sexuelle: De plus en plus jeune! » du site: « Indice relatif de bonheur« , 7% des jeunes auraient eu leur première relation sexuelle entre 12 et 13 ans.  À cette âge-là, j’étais loin de penser à ça!  Qu’est-ce qui fait qu’en 25 ans, les jeunes sont hyper sexualisés et sont obsédés par le culte de l’apparence et minceur?

Dès les premières petites questions, telles que:  « Comment on fait les bébés? », il est important de créer un lien de confiance entre vos enfants et vous.  Il est possible de répondre aux questions de façon claire et raisonnable sans donner trop de détails. En voyant votre ouverture d’esprit, vos ados seront plus à l’aise de discuter avec vous.  Souvent à l’adolescence, les parents ne veulent pas être intrusifs et préfèrent ne pas parler de la sexualité sous la peur de répondre à des questions gênantes ou de donner leur l’autorisation à des actes sexuels.

La sexualité et l’ado:

Comment aborder le sujet?  Tout simplement lorsque le moment opportun se présentera.  Vous entendez quelques petites conversations, pourquoi ne pas en profiter pour aborder le sujet?  Avant tout, soyez calme et détendu.  Il se pourrait que la discussion vous apporte quelques surprises très inattendues.  Votre adolescent(e) en sait peut-être plus ou vécu des expériences que vous ne pensiez pas.

Quels sujets aborder?  Tout ce qui regarde la sexualité.

  • La contraception:  Il est capital que vos ados saisissent l’importance de bien se protéger lors des relations.
  • La première fois:  Comme je dis à mes enfants, la première fois doit être magique, unique et désirée.  Être certain(e) de la décision, choisir un bon endroit et avec le/la partenaire de ton choix.  C’est un moment qui restera gravé dans leur mémoire.  Souvenez-vous de votre première relation?  Beau ou moment souvenir?
  • Le respect de son corps:  Est-ce une obligation de voir le soutien-gorge sous la camisole ou le chandail ou les pommes de fesses du soi-disant short?  Comment avoir le respect des autres si on n’en a pas pour son propre corps?  S’habiller comme une femme sexy à 13 – 14 ans; est-ce normal?
  • Le droit de dire « NON« :  Apprenez à vos adolescents(es) que peu importe la situation, ils ont le droit de décider même sous les menaces ou chantages.  Rien n’est pire que de regretter ou de subir les conséquences pour plaire aux autres.
  • Les changements physiques:  Les poils apparaissent, les seins poussent, le corps se transforme, etc.
  • Les ITSS:  Mettez en garde vos adolescents(es) contre les relations non protégées. Voyez avec eux les conséquences.
  • La pornographie:  À travers les sites internet, photos, films, etc., c’est à l’adolescence que la pornographie sera découverte et exploitée.  Expliquez que c’est différent dans la réalité.
  • Le Web:  Plusieurs utilisent les plateformes sociaux pour diffuser la sexualité.  Il est grandement important d’en discuter avec vos ados.  Une photo prise sans arrière pensée peut devenir viral sur le Web.

Pour en savoir plus, visitez ces sites Web:

Livres (romans):

  • Gray, Mary. La première fois de Sarah-Jeanne. Guy St-Jean Éditeur, 2009
  • Gray, Mary. Le cœur perdu d’Elyzabeth. Guy St-Jean Éditeur, 2009
  • Gray, Mary. Le roman de Cassandra. Guy St-Jean Éditeur, 2010
  • Gray, Mary. Le vertige de Gabrielle. Guy St-Jean Éditeur, 2010

Livre:

  • Robert, Jocelyne. Full sexuel. Montréal, Les éditions de l’homme, 2002

Ressources pour les parents:

Documentaire:

Parler sexualité avec son ado, c’est important!


Suivez-nous!