42 ans, maman et célibataire...

42 ans, maman et toujours célibataire!

Category : Relations

Ne crains pas la solitude lorsqu’elle croise ton chemin.  Elle te donne l’occasion de te retrouver avec toi-même et de te fortifier.

(Les Beaux Proverbes)

Il était une fois, une femme de 42 ans, maman et célibataire (encore!).  Depuis nombre d’années, celle-ci rêvait de trouver son chevalier servant.  Bon, on s’entend sur la phrase!  Elle passa par les sites de rencontres, mais sa dernière aventure lui a donné un goût très amer (voir:  Clavarder avec un arnaqueur).  Puis, elle fit des recherches afin de savoir où et comment rencontrer (voir:  10 lieux pour trouver l’amour.).  Enfin, elle affiche grandement son célibat, soit via son Facebook ou ses connaissances, rencontres, etc., en fait, à tous ceux et celles qui pourraient faire en sorte qu’elle rencontre son prince charmant.

À 42 ans, elle en avait marre des petits commentaires, tels que:  « Sors-tu? », « Arrête de chercher, c’est comme une claque en pleine face! », « C’est au moment où tu vas le moins t’en attendre que tu vas rencontrer! », « bla, bla bla… » Chercher ou non?  Elle avait l’impression d’être une girouette.

Pour aider dans ses recherches, elle avait même rédigé sa liste de critères.  À quoi ça sert, personne n’est parfait.  Qu’est-ce que ça pouvait lui faire si l’homme avait des cheveux blancs ou des yeux verts ou était rond?  Elle avait plutôt rédigé une liste de ce qu’elle attendait d’un homme.  Qu’est-ce qu’elle pouvait offrir à une relation et oui, pour être honnête, ce qu’elle ne pouvait accepter.

Puis, à force de penser et de chercher, elle se rendit compte que sa vie n’était pas seulement basée sur la relation amoureuse.  Elle regarda ce que sa vie lui avait donné.  Deux magnifiques amours, une famille aimante et présente, des amis(es), des collègues de travail, etc.  Bref, une vie remplie de projets, d’aventures, d’anecdotes et de souvenirs (de beaux souvenirs).

Finalement, elle s’est dit que lorsque le moment se présenterait de par lui-même, l’homme qui voudrait partager sa vie se présenterait.  Elle avait réalisé qu’elle n’avait pas « besoin » d’un homme, car elle pouvait très bien faire des choses seule ou trouver l’aide nécessaire.  Ce qu’elle voulait, c’était « partager » sa vie et son bonheur.  Il y a là une énorme différence de désir.

Être une femme de 42 ans, maman et célibataire, lui donne du temps pour être avec les amours de sa vie, apprécier ses moments en famille ou de solitude, aucun compte à rendre à sa douce moitié, profiter de sa vie comme elle l’entend, faire des voyages avec qui elle veut, etc.  En plus, ça lui permet de se retrouver avec son « elle-même » et « s’accepter tel qu’elle est« .  Naturellement, ça lui manque de partager des petits moments avec un homme, se coller surtout lorsqu’il fait froid ou faire des sorties de couple (moment rarement vécu).

En attendant ce moment, elle vit sa vie entourée des gens qu’elle aime, adore et affectionne.  À suivre…

…Célibataire, et alors!

N.B.:  Ce texte a été écrit initialement par Isabelle Lajoie pour En mode FAMILLE.com.

 

 

 


Attention! Maman pète sa coche...

Maman pète « encore » sa coche!

Category : Vie de famille

Ça s’épuise vite, une colère de mère.

(François Gravel)

Êtes-vous comme moi?  Tanné(e) de toujours répéter les mêmes consignes tous les jours?  « Vide la poubelle, ça déborde! », « Range ta vaisselle! » ou ce qui m’enrage le plus, c’est quand je demande de l’aide et que celle-ci tarde à arriver.  En fait, je devrais dire que ce qui me met en colère, c’est quand je fais quelque chose et que je n’ai pas l’aide, car je dois aller la demander.

Hier soir (10 octobre), c’était la journée de l’Action de Grâce.  Moment pour rendre grâce à notre abondance.  Je peux vous dire que j’étais loin de vivre ce moment.  Au contraire!  Ce fut une soirée à oublier.

« Range le plat, stp. », ce que j’obtiens comme réponse:  « Ben, maman.  C’est pas moi qui l’ait pris. »  Début du pétage de coche!  Par la suite, je décide de faire, pour la xième fois, une discussion familiale afin de mieux exprimer ma frustration.  Au milieu de ma conversation, mes deux cocos décident de quitter sans même voir que je suis à bout d’énergie. Pire, ils me boudent et répliquent.  Enfin, je vous assure que les heures qui ont suivi furent les pires.  Nous avons réussi à régler notre différend, mais sans avoir le coeur écorché par cette situation.

En tant que maman, je me suis posé une tonne de questions:  « Suis-je allée trop loin? », « Est-ce que je leur en demande trop? », « Suis-je si perfectionniste? », « Qu’est-ce que j’ai fait pour que ça se passe comme ça? », etc.  En bout de ligne, je me suis sentie coupable.

J’ai donc fait une intervention sur le lien qui nous unit; famille.  Je me suis inspirée de la citation de Lilo:  « Ohana! » qui représente pour une partie de la culture Hawaïenne, famille.  La famille signifie que personne ne soit laissé ou oublié.

Bref, voici des points qui pourront vous orienter avant de péter votre coche:

  • Faire une liste de vos demandes;
  • Établir un temps limite à vos demandes;
  • Lâcher prise;
  • Écrire un tableau de tâches pour chaque personne;
  • Impliquer chaque membre dans vos discussions et décisions;
  • Exprimez-vous de façon claire et précise.

Hier soir, j’étais une maman en détresse et triste.  Ce soir, tout est revenu à la normale.  Quoique mes cocos ont compris et m’apportent l’aide.  Enfin, pour l’instant!

Attention, maman en colère!

 


La famille source d'énergie...

La famille bonne source d’énergie

La famille c’est une richesse incroyable, ça donne des outils pour pouvoir affronter les moments extraordinaires, les moments plus difficiles, les hauts, les bas. »

(Citations et Proverbes)

Tous les éléments étaient réunis pour notre sortie familiale.  Un beau soleil, une température automnale clémente, de belles citrouilles et beaucoup d’amour.  Plus tard dans la soirée, j’ai appelé ma mère et celle-ci m’a dit:  « Cette sortie m’a permise de recharger mes batteries.  Tu m’en parleras quand vous en ferez une autre. »

Au début de l’automne, le spectacle dû aux changements de saison nous époustoufle. Les feuilles nous offrent une variété de couleurs passant du jaune au rouge, la température refroidit (c’est le temps de s’emmitoufler) et l’air sent bon (surtout le linge étendu sur la corde).  Malheureusement, vers le milieu de l’automne, les effets se font sentir sur notre moral et énergie.  Nous sommes plus épuisés, on manque d’énergie, où est passée notre bonne humeur, etc.

Pour ma part, j’ai la chance d’avoir un travail qui me permet d’être autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.  C’est souvent par la luminothérapie que certaines personnes vont franchir cette saison.  Par contre, je ne dis pas non pour une sortie avec les membres de ma famille (père, mère, frère, tantes, oncles, cousins, etc.).  En plus, ça vous permet de revoir ceux-ci plus souvent.  Tout au long de l’année, chacun a ses propres obligations les fins de semaine, il faut donc provoquer des rencontres, au meilleur des agendas, afin de passer du bon temps avec les membres de notre famille; le résultat est des plus réjouissants

La famille est notre racine, source de notre vie et une énergie sans fin.  On peut y puiser sans peur notre ressourcement.  C’est par celle-ci qu’on peut franchir un moment moins facile, car la famille nous supporte.

Idées pour profiter en famille:

  • Aller dans un verger;
  • Cueillir des citrouilles;
  • Partager un repas au restaurant ou un pique-nique;
  • Planifier un voyage (courte ou longue distance);
  • Visiter un musée;
  • Organiser une fin de semaine familiale;
  • Louer un chalet;
  • Marcher dans un sentier, tel qu’au Moulin Seigneurial à Pointe-du-Lac;
  • Etc.

La vie est une suite de routines.  Celle-ci vous offre de merveilleux moments à partager en famille, allez-y!  Vous n’allez pas le regretter.

OHANA!


Développer son estime de soi...

Estime de soi: 7 façons de l’améliorer

Ce que tu te dis à toi-même chaque jour peut te construire ou totalement te détruire.

(Top Citations Proverbes)

L’estime de soi se développe dès la naissance.  L’enfant qui vit des abus (physiques, sexuels, verbaux ou autres), manque de soutien, absence de liens parentaux, etc., ne développera pas son estime envers lui.  Tandis qu’un enfant dont les parents sont présents, l’encouragent, le soutiennent et le félicitent, celui-ci aura plus de chance de développer une forte estime de lui.

Peu importe votre situation amoureuse (célibataire, en couple, en famille, etc.), professionnelle (employé(e), employeur(e), etc.) ou autres, à chaque fois que vous devez poser un geste ou prendre la parole, un doute germe dans votre cerveau. Parfois, vous risquez et réussissez.  Parfois, vous échouez et vous perdez votre estime dans vos capacités.  C’est dans ces moments que votre estime en est grandement affectée et diminuée.

Nous avons tous peur du rejet, de l’échec ou de l’abandon c’est ce qui nous pousse à se retirer.  Combien de fois, en tant que célibataire, j’ai voulu faire les premiers pas. Et, non!  J’ai préféré laisser passer la personne par peur du rejet.  D’ailleurs, j’ai une amie qui me pousse dans ces moments en me faisant relever des défis.  Elle me connaît très ou plutôt trop bien.  Merci mon amie, Emma (nom fictif utilisé dans le billet: « L’amitié à travers la vie de famille. »).  En tant que parent, j’ai souvent remis en question mes interventions ou décisions.  Autant de situations qui nuisent à l’estime de soi.  Alors quoi faire pour l’améliorer?

7 façons d’améliorer l’estime de soi:

  • Primordial!  Cessez de vous comparer aux autres.  Chaque personne est unique.  Si vous tenez tant à vous comparer, faites-le avec vous-même.
  • Écrivez vos réalisations et soyez-en fière.  Même la plus banale réalisation à vos yeux peut être grandiose aux yeux des autres.
  • Relevez et défiez vos limites.  À chaque défi relevé, inscrivez-le dans vos réalisations.
  • Affirmez-vous.  Dites votre opinion de façon claire et précise.  Les gens apprendront à plus vous respecter.
  • N’ayez pas peur de l’échec.  J’aime bien dire:  « Au moins, j’aurai essayé et fais quelque chose plutôt que de parler sans savoir de quoi je parle. »   Combien de gens critiquent sans pour autant avoir eu le courage de faire comme vous? La vie est faite pour apprendre.  Dure leçon, mais combien instructive.
  • Parlez de vous de façon positive.  Regardez-vous dans le miroir et nommez une qualité jusqu’à ce qu’elle soit bien ancrée en vous.  Non, ne trouvez pas ça ridicule.  C’est un bon moyen.
  • Apprenez à vous connaître et respectez-vous.  Souvent, on devient une autre personne pour plaire aux autres.  Ce n’est pas la bonne décision; croyez-moi!  Restez vous-même.  Et n’allez pas à l’encontre de vos valeurs, décisions ou choix.  Tenez ferme à votre opinion.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’estime de soi comprend aussi la vision, la confiance, l’amour et l’acceptation que vous avez envers vous-même.  Elle se développe et se travaille tous les jours.  À partir de maintenant, soyez l’outil de votre estime. Cessez de vous détruire ainsi que votre entourage.  Soyez la personne à votre image.

Croyez en vous!

N.B.:  Ce texte à été écrit par Isabelle Lajoie pour En mode FAMILLE.


Suivez-nous!