Apprendre à aimer sa vie...

Aimer sa vie!

Je ne veux pas d’une vie parfaite, je veux une vie heureuse.

(Les Beaux Proverbes)

J’avoue, c’est pas toujours la vie en rose comme chantait Édith Piaf.  J’ai dû surmonter beaucoup d’obstacles pour avoir, apprécier et aimer la vie que j’ai aujourd’hui.  Écrire mon histoire, l’effacer et tout recommencer à plusieurs reprises. Cette vie a eu son lot de douleurs, de souffrances autant physique que psychologique.  J’y consacre du temps pour l’améliorer afin que mes enfants et moi puissions en profiter et ce à chaque jour.

J’aime la simplicité que nous offre la vie.  Que ce soit dans un regard, un sourire ou un « Je t’aime, maman » dit par mes amours d’enfants, rien n’a d’égal aux petits moments partagés avec ceux/celles qui font partie de ma vie. Donnez naissance est un cadeau que j’ai reçu du ciel; je suis fière d’avoir été privilégiée (mon petit côté spirituel).  Ma vie, je la rêve et la façonne à ma manière.  Oui, je me pose toujours tout pleins de questions sur divers sujets.  Tiens, ça me rappelle que quelqu’un m’a déjà dit que j’avais toujours une question à poser, et ce, toutes les 2 semaines! Ouf! Je suis épuisante.  Je veux savoir où elle va, ce qu’elle peut m’offrir, si je perds mon temps; je déteste l’inconnu, ne pas savoir où je vais.

La vie, c’est nous qui la bâtissons, la choisissons et la réalisons.  Prenez le temps de l’analyser.  Est-elle à la hauteur de vos attentes?  Réussissez-vous à la construire comme vous la voyez?  L’aimez-vous?  Comparez votre vie avec des personnes qui ne peuvent en dire autant.  Des personnes qui n’ont aucun contrôle de leurs faits et gestes, prisonniers/ères de leur corps et esprit.  C’est vrai de dire que d’autres personnes ont peut-être une vie plus belle que la nôtre, mais en êtes-vous vraiment certain?  Tout avoir sans pouvoir en profiter, car vous devez travailler sans cesse pour rembourser vos dettes, avoir le temps, mais pas la santé ou être avec en mauvaise compagnie.  Réfléchissez-y!

Plusieurs sites vous offrent la possibilité de voir différemment.  Tels que: Page TherocoachLa Philanthrope ou Les Beaux Proverbes.  Que ce soit par leurs poèmes, citations ou réflexions sur la vie, ils nous donnent matière à penser. Il y a aussi les motivateurs comme Jean-Marc Chaput ou Patrick Leroux CSP.  Enfin, existe aussi MotivOp, entreprise qui a créé des autocollants transparents pour miroir afin de motiver, inspirer et encourager (devise du site).

Que faire pour apprendre à aimer sa vie:

  1. Admettre la nécessité de changer quelque chose.
  2. Comment se fixer des objectifs?
  3. Comment atteindre ses buts?
  4. L’importance du langage.
  5. Apprendre à gérer ses problèmes.
  6. Donner aux autres.

Extrait de « 6 conseils pour prendre sa vie en main. », selon le site Marie-Claire:

De nos jours, qu’est-ce qui pourrait nous donner raison d’aimer et apprécier sa vie? Pour ma part, c’est dans la simplicité de chaque geste et parole qui me fait vibrer et apprécier ma vie.  Que ce soit:

  • Un bisou, un câlin de mes enfants;
  • Entendre mes enfants rirent;
  • Pêcher seule avec mon papa (surtout quand j’attrape des poissons et pas lui!);
  • Être entouré des bras aimant (je m’y sens en sécurité);
  • Voir ma famille;
  • Chanter à tue-tête;
  • Danser dans ma cuisine avec mes enfants ou seule;
  • Manger une crème glacée;
  • Rires entre amies de mes bêtises (I’m gonna take a glass of water but I don’t want a glasses!).  Chercher l’erreur!;
  • Entendre les oiseaux chanter à mon réveil au chalet familial;
  • Faire de nouvelles découvertes, activités, sorties;
  • Écouter un film au cinéma ou à la maison;
  • Lire un bon livre;
  • Recevoir des fleurs (j’adore les roses blanches, bleues et rouges!);
  • Regarder un ciel étoilés couché sur un ponton en plein milieu d’un lac et de la nuit avec mes amies;
  • Avoir des discussions existentielles et philosophiques avec mes amies;
  • A vous d’en faire votre liste personnelle.

Bref, votre vie vous appartient, c’est à vous d’en décider le chemin à suivre.  En avançant d’un pas chaque jour, vous pourriez rester surpris du résultat obtenu à la fin d’une année.

Aimer tout simplement!

 

 

 

 

 


Organiser et planifier des vacances en famille...

Préparer ses vacances familiales

Category : Vacances , Vie de famille

Si l’on passait l’année entière en vacances; s’amuser serait aussi épuisant que travailler.

(William Shakespeare)

Préparer ses vacances, que de fébrilité et d’excitation.  Les vacances, c’est la période, pour mes enfants et moi de découvrir de nouveaux horizons, vivre de beaux moments et d’avoir beaucoup de plaisir.  Je peux, enfin déconnecter, me détendre et penser à ma petite famille. C’est aussi le temps de vivre de merveilleuses aventures et d’avoir de nouvelles anecdotes à raconter; il m’en arrive toujours tout pleins!  Des souvenirs à conserver en mémoire: « La mémoire est le meilleur appareil photo qui soit. », Kevin Spacey.  Justement, faire la « Kid Kodak » pour mes matins d’hiver rudes et glacials afin que je puisse retrouver mon sourire et ma bonne humeur en pensant, regardant ou parlant d’un souvenir en particulier.

Bourreaux de travail ou des employés(ées) on a tous besoin des bienfaits des vacances.  Ralentir notre rythme de vie et faire le plein d’énergie.  Il en va de même pour les enfants.  Eux aussi, compte sur les vacances de la garderie (CPE ou autres services de garde) pour en profiter. Préparer ses vacances demande une bonne planification, de l’organisation et du temps; vous pourrez commencer à rêver et à vous amuser de vos futurs vacances

Comment préparer ses vacances:

Partie 1:  Choisir une destination

  • Faites une liste des 5 lieux où vous voudriez partir.
  • Décidez de la raison de votre voyage.
  • Discutez de destinations éventuelles avec vos compagnons de voyage.
  • Pensez à toutes les personnes qui vont voyager avec vous.
  • Faites des recherches à propos du prix de ces destinations.
  • Choisissez une destination.

Partie 2:  Préparez le voyage

  • Comparez le prix des vols (si vous devez prendre l’avion).
  • Si vous souhaitez prendre l’avion, trouvez un site de réservation de vol (et d’hôtel).  Tel qu’ Expédia.
  • Envisagez d’autres modes de transport.
  • Pensez à vos besoins quant au transport.
  • Faites révisez votre voiture.

Partie 3:  Trouvez le logement

  • Trouvez un site internet de réservation d’hôtels (et de vols).
  • Faites une liste des équipements importants pour vous dans un hôtel.
  • Pensez au temps que vous allez passer à l’hôtel.
  • Envisagez d’autres options d’hébergements.  Exemple, Airbnb.

Partie 4:  Planifiez les activités

  • Achetez un guide de voyage.
  • Choisissez des activités auxquelles tout le monde peut participer.
  • Réservez certaines sorties en avance.
  • Planifiez une surprise.
  • Laissez vous aussi du temps pour faire des choses spontanées.
  • Donnez la priorité aux sorties ou aux activités.

Partie 5:  Préparez les bagages et le départ

  • Économisez de l’argent pour votre voyage.
  • Faites une liste de ce que vous devez prendre avec vous.
  • Pensez à vos animaux domestiques.

Extrait de « Comment préparer ses vacances. » du site WikiHow.

Autres petits conseils à ne pas négliger:

  • Assurez-vous de bien penser aux vêtements que vous devez prendre (prévoir assez de vêtements pour le temps du voyage) et du temps entre l’arrivée et le départ.  S’habiller avec des vêtements estivals en pleine hiver, c’est plutôt très froid!
  • Envisagez de prendre une assurance voyage, surtout si vous réservez le voyage en avance.  Cela pourrait vous permettre de vous faire rembourser en cas d’annulation. Avisez votre compagnie d’assurance maison pour un séjour de plus de 7 jours ainsi que votre compagnie de carte de crédit afin que celle-ci ne soit pas bloquée en plein voyage.
  • Assurez-vous d’avoir les documents appropriés, tels que la lettre de consentement pour enfants mineurs. Connaître les politiques de la compagnie aérienne concernant les matières d’objets dangereux et de poids des valises.
  • Ayez des piles en main ou le nécessaire pour recharger tout appareil (cellulaire, photos, etc.).
  • Important, avisez un voisin pour s’assurer que votre maison n’a pas de visiteurs indésirables pendant votre absence, ramasser votre courrier, intervenir, si nécessaire, de l’intérieur de la maison en cas de bris.  Il serait préférable de fermer les conduites d’eau ou déconnecter les appareils électriques.
  • Prévoir des activités, arrêts ou autres pour les longs trajets surtout avec de jeunes enfants.

Enfin, vous pouvez consulter des agences spécialisées tel que CAA Québec afin de vous assurer de la bonne marche de votre voyage ou séjour.

Bonnes Vacances!

 

 

 

 

 

 


Comment survivre à une rupture familiale...

Survivre à une rupture familiale

Category : Relations , Vie de famille

Parfois nos vies ont besoin d’être complètement chamboulées, changées et réorganisées, pour nous replacer à l’endroit où nous sommes censés être.

(La solution est en vous)

Jamais, je ne pensais d’avoir à survivre à une rupture familiale.  J’étais loin de la réalité.  Un matin, tout allait pour le mieux; enfin, je pensais.  Femme, conjointe, maman; j’étais comblée.

Pourtant le soir venu, pouf!!!  Mon univers à basculé; mon rôle de conjointe disparaissait, le nombre d’années passées en couple et en famille prenait fin.  Ma douleur était si intense, déchirante et destructrice.  Je voulais mourir, disparaître de la surface de la Terre.  Peu importe le « qui, que, quoi, dont, où« , je me devais de survivre à une rupture familiale; pour moi et mes enfants.  Conséquences de survivre à une rupture familiale, j’ai perdu mon partenaire de vie, mon conjoint, l’amour de ma vie (enfin, je pensais) ainsi que l’éclatement de ma famille.

Naturellement, la culpabilité a envahi cette période de ma vie.  Qu’est-ce que j’ai ou pas fait? Comment annoncer à mes enfants, âgés de 3 et 6 ans à cette période, que papa et maman, c’est fini?  Où vais-je aller avec mes enfants? Etc.  Je me devais d’être un support pour mes enfants malgré ma douleur; ouf!  Pas évident!  Eux aussi devaient survivre à une rupture familiale.  Je m’isolais autant que possible, mon quotidien devenait un lourd fardeau à porter.  Pourtant, j’avais besoin de parler et d’exprimer ma frustration, mes émotions. Je m’entraînais à fond, mangeait et dormait à peine; je poussais mon corps à bout de force.  Il était évident que j’avais besoin de soutien, des personnes capables de m’outiller afin que je puisse reprendre ma vie en main et d’assurer mon rôle de maman comme il se devait. Mes enfants avaient besoin d’une maman saine et en santé.  Bref, d’arrêter de survivre à une rupture familiale et d’apprendre à vivre ma vie.

Grâce à un bon réseau familial, amical et professionnel (CSSS, Info-Social, etc.), j’ai pu me relever et cesser de survivre à une rupture familiale sans trop de conséquences.  Quelques autres supports m’ont également aidé, tels que: la lecture (Qui a piqué mon fromage ou Bouillon de poulet pour l’âme en deuil, etc.), la méditation, l’écriture (brûler le papier après), etc.

Trouvez des activités pour vous aider à évacuer votre trop-plein et lorsque vous en ressentez le besoin, parler à une personne en qui vous avez confiance et qui saura vous écouter.  Vous devez vous reconstruire physiquement et moralement.  Prenez le temps de bien « vivre » et non plus survivre à une rupture familiale avant d’entamer une nouvelle relation; vous n’avez pas besoin d’un « rebound« .

Un jour, mon fils, qui avait 6 ans à cette époque, m’a dit:  « Maman, souris à la vie!«  J’ai alors réalisé que je possèdais le contrôle de ma vie.  J’ai changé la couleur de mes cheveux pour le noir, je me suis fait percer le nombril et commencé à me faire tatouer.  Aujourd’hui, mes enfants et moi avons grandi de cette épreuve et continuons à être une famille unie à notre façon.

Comment survivre à une rupture familiale:

Etape 1:  Le Choc

L’annonce de la rupture et la sidération face à cette annonce.  Exemple:  « Je ne t’aime plus comme conjointe. »

Etape 2:  Le Déni

C’est le refus de croire à la réalité.  Le rejet de l’information fait place à une discussion intérieure et/ou extérieure.  Il ne faut cependant pas croire que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante.  Exemple: « Ce n’est pas vrai, pas possible. »

Etape 3:  La colère et le marchandage

C’est la confrontation avec les faits qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres.  C’est aussi une phase de marchandage; on promet à une « entité invisible » de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir (c’est tellement vrai).  La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut s’emporter par ou s’enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi la pousser à avoir des comportements qu’elle ne comprend pas elle-même. En fait, la personne est confrontée à l’impossibilité d’un retour à la situation première. Elle doit faire le deuil, et passe par de nombreuses émotions: reproches, remords,  ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression.  Exemple:  « C’est de sa faute, il ne faisait rien pour moi. »

Etape 4:  La tristesse

C’est un état de désespérance.  « Pourquoi ça m’arrive à moi, vais-je retrouver l’amour? »

Etape 5:  La résignation

C’est l’abandon de cette lutte au cours de laquelle la personne peut avoir le sentiment d’avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Elle n’a aucune visibilité de ce qu’elle peut faire. Elle agit au gré des circonstances. Cette résignation peut aussi se composer de rejet. Exemple:  « Qu’advienne que pourra. »

Etape 6:  L’acceptation

Dans cette étape, la personne accepte la perte.  En l’acceptant, elle est capable de garder les beaux moments comme les moins bons.  Elle commence à avoir plus confiance en elle, se sent mieux et l’avenir l’effraie moins.  Exemple:  « Ça va, je vais m’en sortir. »

Etape 7:  La reconstruction

Il faut se reconstruire progressivement. La personne en deuil prend conscience qu’elle est en train de se réorganiser, à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et prendre conscience de son existence.  Exemple:  « Le choix de mon avenir pour moi et mes enfants. »

Extrait « Les 7 étapes du deuil » selon  Élizabeth Kübler Ross, psychiatre et psychologue.

Enfin, la réaction de vos enfants vous inquiète.  Vous ne savez comment aborder ce douloureux changement qui affectera votre vie autant que la leur.  Voici quelques pistes afin de mieux vous aider.

Comment aider votre/vos enfant(s) à affronter une rupture familiale:

  • Prévoyez comment annoncer la nouvelle.  Si possible, faire une discussion familiale. Soyez honnête sans trop entrer dans les détails.
  • Rassurez les sur votre amour.  Ils ont besoin de savoir que maman et papa vont continuer à l’aimer.
  • Établissez très clairement que vos enfants ne sont pas responsables de votre rupture familiale.  Expliquez que c’est un problème d’adulte.
  • Encouragez-les à parler ouvertement de leurs sentiments.  Lorsqu’ils parlent, écoutez attentivement.  Il est normal qu’ils éprouvent de la difficulté à s’exprimer.  De plus, vous pouvez les aider en trouvant quelqu’un ou un organisme de confiance (Tel-jeune, Jeunesse, j’écoute, etc.).
  • Dîtes seulement le strict nécessaire.  Les disputes, les menaces, l’esprit de vengeance ou utiliser les enfants comme monnaie d’échange n’ont pas lieu d’être (j’en vois trop souvent);  pensez aux conséquences sur leur vie. Agissez en adultes entre adultes.

Extrait « Comment aider les enfants à affronter une séparation ou un divorce. », du site Soins de nos Enfants.

Le temps est trop précieux et les années passent trop vite.  Il faut savoir choisir ses batailles si nous voulons bien les utiliser.

 Souriez à la vie!

 

 

 


Suivez-nous!